Je viens juste de préparer deux mélanges d'huiles essentielles en vue de faire des soins thérapeutiques.

 

Le premier est destiné à un soin pour tous les traumatismes qui peuvent survenir au cours d'un entrainement sportif (entorse, foulure, inflammation articulaire, musculaire, ligamentaire, etc.). Ce sera un soin d'urgence, qui devra être efficace sur le champs, donc dosé à 10% d'huiles essentielles.

À cause de sa polyvalence, j'ai du multiplier le nombre d'huiles essentielles pour pouvoir couvrir la plupart de ces maux. Si je devais faire un soin plus spécifique, je limiterais le nombre d'huiles à 4 voire 5, en ciblant leurs effets.

 

Le mélange :

30% de copaïba (l'huile essentielle, pas l'oléorésine) (Copaifera officinalis)

20% de verge d'or (Solidago cadanensis)

15% d'eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora)

9% de gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens)

9% de tanaisie annuelle (Tanacetum annuum)

7% de romarin à camphre (Rosmarinus officinalis L. camphoriferum)

4% de noix de muscade (Myristica fragrans)

4% de laurier noble (Laurus nobilis)

2% d'hélichryse italienne (Helichrysum italicum ssp italicum)


J'ai essayé de croiser au maximum les types de molécules et les molécules elles-même pour majorer l'effet de synergie. Mais au moment de réaliser le mélange, catastrophe ! Plus de noix de muscade, ni d'hélichryse ! j'ai donc mis 9% de romarin à camphre et 8% de laurier noble. Tant pis pour l'hélichryse à laquelle je tenais, il faudra augmenter la proportion de l'hydrolat dans le soin final pour compenser.

Le mélange est bleu, à cause du chamazulène de la tanaisie annuelle. J'espère que la couleur restera une fois le soin réalisé. Et c'est également la tanaisie et son odeur si particulière et prenante de bonbon pétrochimique qui domine l'ensemble. Je n'ai réalisé les mélanges qu'hier, j'attends de voir si ça évolue mais de toute façon, ce n'est pas l'odeur qui compte mais l'efficacité.

 

bleutanaisie

Ma fiole d'huile essentielle de tanaisie, avec son joli goulot bleu pétard

 

POURQUOI CES HUILES ?

- Le copaïba est un très puissant anti-inflammatoire grâce à sa richesse en sesquiterpènes (plus de 85% selon mon fournisseur avec une grande proportion de béta-caryophyllene). Il est notamment indiqué pour les chocs (contusion, élongation), les douleurs articulaires, les douleurs inflammatoires, les entorses bénignes et les hématomes.

- La verge d'or est riche en monoterpènes (en particulier en limonènes) et en sesquiterpènes (surtout en germacrène-D). Elle est préconisée en cas de douleurs arthritiques et rhumatismales, de douleurs diffuses après un effort physiques, de tendinites, d'élongations musculaires, de crampes et de coups.

- l'eucalyptus citronné contient un grande part d'aldéhydes terpéniques (citronellal). Il est anti-inflammatoire et antalgique. Il est préconisé, entre autre, pour les tendinites et le tennis-elbow.

- la gaulthérie couchée est également antalgique et anti-inflammatoire car elle est composé de salicylate de méthyl, un ester d'acide salicylique (donc d'aspirine). On l'indique en cas d'inflammations douloureuses comme les tendinites, les muscles fatigués et douloureux, ou les crampes.

- la tanaisie annuelle est décrite comme ayant des propriétés anti-inflammatoires très puissantes pour les tendinites, les névrites et les sciatiques notamment.

- le romarin à camphre est utilisé pour son action neuromusculaire sur les contractures musculaires, les myalgies, les crampes, les rhumatismes musculaires et les courbatures.

- la noix de muscade est un antalgique et analgésique utile pour les rhumatismes aigu et chronique, les entorses et les courbatures. Elle serait stupéfiante à forte dose (diminue la sensibilité et la réaction aux stimuli).

- le laurier noble est un antalgique et un antinévralgique puissant.

- l'hélichryse italienne est un très puissant anti-hématome préconisé aussi pour les coups et les traumatismes.

 

Précautions d'emploi des He :

- Certaines de ces He sont déconseillées pour certaines personnes : la tanaisie annuelle, l'eucalyptus citronné et le laurier noble sont déconseillés dans les trois premiers mois de la grossesse. La verge d'or est déconseillée chez la femme enceinte et allaitante. La gaulthérie couchée et la noix de muscade sont déconseillées aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans

- Il peut y avoir un risque neurotoxique et abortif avec le romarin à camphre (présence de cétones) : interdit aux femmes enceintes, aux enfants, aux sujets épileptiques.

- L'hélichryse italienne contient également des cétones, mais la sorte de molécule cétonique (assez peu toxique), la fréquence d'application (faible) ainsi que le nombre de gouttes à utiliser (faible) réduisent très fortement les risques de toxicité (Source : NARD). Elle est néanmoins déconseillée aux jeunes enfants (sauf emploi localisé et momentané, et ne dépassant pas 3 à 4 gouttes 3 fois par jour), et pendant la grossesse (sauf emploi localisé et momentané) ; elle est interdite par voie orale chez les enfants et la femme enceinte, et interdite par voie cutanée sur la ceinture abdominale chez la femme enceinte. Par voie orale : la voie interne est réservée au thérapeute, utilisée uniquement en cure sur une période courte. Elle est également à éviter chez les patients traités par des médications anticoagulantes.

- le laurier noble peut provoquer des allergies. Toutjours l'utiliser dilué et avec précautions et toujours faire un test de sensibilisation avant le premier usage.

- la noix de muscade a une activité hormonale.

 

 

Le second mélange est destiné à un soin anti-cellulite. Ce sera un gel à la caféine avec huiles essentielles (dosées à 5% ou 3%, je n'ai pas encore décidé). Cette fois-ci, j'ai volontairement limité le nombre d'huiles, même si ça restera un soin à prendre en cure, et non pas sur le long terme.

 

Le mélange :

40% de christe marine (Crithmum maritimum)

40% de cèdre atlas (Cedrus atlantica)

10% d'huile aromatique de sauge officinale (Salvia officinalis - Dilution de l'He à 20% dans de l'huile de jojoba)

5% de genévrier (uniperus communis ssp communis)

5% de vétiver (Vetiveria zizanoides)

 

J'en ai réalisé 6 g auxquels j'ai ajouté 6 gouttes d'huile d'Ylang complète et 10 gouttes de géranium égypte, pour arrondir l'odeur très herbacée et passablement médicamenteuse du mélange. Pour le moment, ce sont le vétiver et l'ylang qui dominent. L'avenir dira qui gagnera...

 

POURQUOI CES HUILES ?

- la christe marine, le cèdre atlas et la sauge officinale sont des lipolytiques puissants. Ces huiles sont conseillées pour les soins visant à éliminer les rétentions hydrolipidiques, la cellulite et les adiposités, et en cas d'obésité.

- le vétiver tonifie la circulation et est donc utilise dans ce genre de soins. Il est également utilisé ici pour son odeur.

- le genévrier est diurétique et est préconisé pour la rétention d'eau et la perte de poids.

 

Précautions d'emploi :

- le genévrier est à utiliser dilué et à éviter en cas de grossesse et de maladie rénale.

- la christe marine est déconseillée aux enfants de moins de 6 ans, et pendant la grossesse. Elle est à utiliser en cure sur une période courte.

- la sauge officinale, même diluée ainsi, est à utiliser avec une grande prudence à cause de sa teneur en thujone, substance neurotoxique et abortive. Elle est interdite aux femmes enceintes et aux enfants, aux personnes épileptiques, souffrant d'hypertension ou très malades. Son usage doit être limité dans le temps, surtout s'il s'agit d'un usage interne. L'usage interne doit être réalisé sous contrôle médical uniquement.

- Le vétiver est déconseillé chez la femme enceinte et les jeunes enfants.

 

 

Voilà, mes mélanges sont en train de macérer. Je vais attendre quelques jours au moins pour réaliser mes soins pour que les molécules se mêlent bien, ce qui accroitra l'effet de synergie. Je posterai mes formules de soins avec mes impressions quand je les aurais réalisé. À venir également : un baume anti-inflammatoire que je dois faire pour mes parents et son mélange (plus simple) d'huiles essentielles.