Mon flacon de jasmin attend depuis bien trop longtemps dans le placard d'être utilisé. Acheté lors d'une commande compulsive d'ingrédients cosmétiques (ça devient une habitude), je n'ai jamais osé l'utiliser. J'ai enfin trouvé l'occasion de m'en servir pour créer un soin destiné à quelques filles formidables de générosité et d'ingéniosité que je viens de rencontrer.

jasmin

Ni une ni deux, j'ai transformé mon plateau à thé en laboratoire de fortune pour parfumeur en herbe et je me suis attelé à la tâche ardue mais non moins passionnante de la création d'un parfum. J'avais à l'idée de réaliser une crème doudou qui laisserait leurs peaux fragiles de princesses au grand cœur délicatement jasminées (et quand j'ai une idée dans la tête, je ne l'ai pas ailleurs et pas moyen de l'en sortir).

   

UNE HISTOIRE DE PARFUM...

Le jasmin est certainement la plus masculine, la plus ambiguë, la plus charnelle des essences florales, en particulier le jasmin sambac qui est plus musqué et plus épicé que le grandiflorum. Le jasmin grandiflorum est plus léger, plus doux et floral que le sambac, qui entoure d'une aura de mystère et d'exotisme quiconque s'en parfume. Je me suis donc tourné tout naturellement vers le jasmin sambac pour créer un parfum vénéneux, mystérieux, ravageur mais qui se terminerait sur un câlin, par une caresse sur la peau. Mon jasmin se ferait secret, aussi secret qu'une femme. Ce serait un parfum qui se mérite et s'apprivoise, lentement, inexorablement, se faisant enveloppant, sauvage et doux à la fois.

Je me suis orienté vers des accords feutrés (félins ?) de jasmin, rendu plus énigmatique (ténébreux ?) par les épices, et réchauffé par les bois de lointaines contrées. Mon jasmin est finalement une fleur nocturne qui se prélasse avec volupté et indolence sur un lit d'iris et d'ambre.

Mais avant de vous donner la formule et la pyramide olfactive, il faut que je vous explique : pourquoi "Yâsamîn" ? Il s'agit du nom arabe du jasmin, dont notre terme français dérive d'ailleurs. Je l'ai choisi en hommage au jasmin sambac, aussi appelé Jasmin d'Arabie, ingrédient majeur de mon mélange parfumé comme vous commencez à vous en douter maintenant.

 

yasamin_recette3

 

Yasamin_pyramide_odeurs

 

Le départ est fusant, le petit grain en particulier qui s'efface très vite au profit d'un accord épicé-poivré sensiblement mené par les encens. La girofle est présente dès les premières effluves avec un départ légèrement aldéhydé-floral gras qui donne volume et brillance aux notes de têtes. Le petit grain bigaradier apporte une petite note hespéridée-fleur d'oranger en fond sonore. Quand à l'encens, il donne un petit côté citronné fort agréable.

Le jasmin se cache dans ces notes fines, subtilement poivrées. Il finit par éclore majestueusement, rendu suave, éthéré, rond par l'ylang qui lui donne aussi élégance, volume et originalité. L'accord épicé reste présent également pour accroître l'exotisme et le mystère.

Le sillage évolue bientôt vers la dualité d'un animal sauvage et d'un câlin coquin grâce à la graine d'ambrette, finement ambrée et fruitée. C'est donc sur un fond de musc prodigieusement doux et enveloppant, poudré par une iris duveteuse et tenace, et accompagné en filigrane de notes sucrées, que s'évanouit finalement le jasmin.

Jusqu'ici, le jasmin s'était fait lascif, dense, charnel. Il a pris tout son temps pour égrainer ses notes, s'effeuillant au gré de ses changements d'humeur, à l'image d'une femme, forte et consciente de ses atouts. Une femme de caractère mais au cœur tendre et généreux. Le lendemain, il ne reste sur la peau qu'un accord cuiré-gourmand, presque érotique, vanillé et baumé de benjoin, qui lui donne beaucoup d'allure.

quelques_brouillons

Pour ce parfum, j'ai simplement choisi une crème veloutée, très pénétrante et nourrissante, hydratante... sensuelle...

 

LA CRÈME DOUDOU DES PRINCESSES

Je voulais une crème parfumante, donc avec une concentration maximum de parfum pur. Comme certaines de mes princesses ont la peau fragile, j'ai choisi des ingrédients simples, des agents tampons (allantoïne), adoucissant (poudre de miel), hydratants (sodium PCA), repulpant (silk gel) et anti-inflammatoires (bisabolol).

Il ne fallait pas aussi que l'odeur des huiles choisies interfère avec mon jasmin. J'ai donc choisi le jojoba, et la formule d'origine comportait de l'huile de pépin de raisin. Je m'étais tourné vers ces deux huiles à cause de leur neutralité d'odeur. Mais au moment d'ouvrir mon flacon de pépins de raisin, la pestilence qui en a émané m'a convaincu que mon huile avait ranci (elle était pourtant stockée au réfrigérateur et conservée avec quelques gouttes de vitamine E !). Je l'ai donc remplacée par de l'huile d'avocat qui, au final, s'avère plus nourrissante (avec des phytostérols en prime !) et donc plus adéquate.

J'ai également choisi de rééquilibrer les proportions entre les différents acides gras en ajoutant un faible pourcentage d'huile de carthame et d'huile d'inca inchi en troisième phase.

 

formule_yasamin_4

 

PREMIÈRES IMPRESSIONS

La pénétration est excellente, au delà de mes espérances à vrai dire. L'aspect est des plus exemplaires, j'ai rarement fait une crème aussi belle. Je pense qu'une robe blanche aurait peut-être plu davantage à certaines des princesses qui s'en tartineront (n'est-ce pas Malegria ?). Mais elle est très brillante et crémeuse - quoi de plus normal, c'est une crème !

Quand au parfum, je laisse les utilisatrices en parler, elle le feront sans doute mieux que moi qui n'ai testé la crème que sur un bout de mon avant-bras (c'est pas vraiment l'idéal). J'espère en tout cas que le parfum sera fidèle à la description que j'en ai faite plus haut d'après deux gouttes de parfum pur déposées l'une à l'intérieur de mon poignet, l'autre à la saignée du coude. J'ai cru sentir néanmoins qu'elle laissait pendant quelque temps la peau parfumée d'un jasmin épicé avant qu'il ne s'évanouisse pour laisser place à une note poudrée, caline et subtilement sucrée d'iris et d'ambre.

plateau_du_parfumeur

En tout cas, il va falloir attendre que les princesses en question me donnent leurs impressions. Et je suis impatient (à mon tour de l'être !). Après tout, c'est le premier parfum aussi complexe que je crée... (composé sur mon fameux laboratoire-improvisé-pour-parfumeur-en-herbe, alias mon plateau à thé dont je vous mets la photo souvenir)

   

UNE CRÈME TRÈS PHOTOGÉNIQUE

Une photo en cours de remplissage des pots, une en fin de préparation, avec le manche de ma spatule (qui me sert accessoirement de touillette) planté dans la crème, et enfin une petite photo de famille pour les pots (j'ai quand même fabriqué 1 Kg de crème !)

remplissage_des_pots

yasamin_fin_preparation   creme_dure

famille_des_pots